Reliefs terrestres (Saint Chamas)

acier laqué
335 x 140 x 13 cm et 125 x 40 x 10 cm
2019
installation au Parc de la poudrerie royale de Miramas-Saint Chamas (13)

Si la pratique de l’artiste entretient un lien avec l’in situ, le résultat n’en conserve souvent que des signes relativement ténus. Les procédures adoptées pour les Reliefs terrestres l’expliquent : les dessins réalisés à partir des éléments repérés donnent lieu à des découpes linéaires puis à leur assemblage en un bas-relief en médium, lequel est en la circonstance agrandi et traduit en acier. Ainsi, le relief en deux parties visible sur la construction destinée à l’observation des oiseaux – un ancien transformateur électrique –  a pour origine un élément peu remarquable en lui-même, quoique curieux, à savoir une tige métallique rouillée supportant un morceau de mur en béton, assortie d’un tendeur de câbles. Le traitement chromatique antinaturaliste fait encore davantage oublier leur origine et leur fonction ou usage. Peu identifiables, apparaissant à première vue comme des éléments décoratifs, ils entretiennent pourtant un lien direct avec leur référent. Une fois installée, cette œuvre agira à la manière d’un signal.

Natacha Pugnet