Géographie de la guerre

mousse polyuréthane, résine polyester, tréteaux
dimensions variables
2016-

L’attention portée par Pablo Garcia à la topographie de lieux chargés d’histoire s’incarne dans Géographie de la guerre, une sculpture placée à l’entrée du musée. Scannant en 3D un élément en fonte, trouvé au fort de Douaumont, à Verdun, l’artiste en produit un agrandissement. Grâce au jeu d’échelle, les traces d’impact qu’a enregistrées le métal deviennent surface vallonnée, suggérant quelque étendue naturelle. Par ses dimensions, le volume s’apparente à une maquette, évoquant les « plans-reliefs » – ces cartographies en relief d’endroits stratégiques qui furent imaginés par Louvois, ministre de la guerre de Louis XIV et utilisées par Vauban. La découpe hexagonale de l’objet sculptural, elle, vient des jeux de société du type War Games, faisant écho aux combats simulés en toute quiétude entre amateurs de « jeux de guerres ». La configuration qui résulte de ces croisements reste cependant énigmatique, la couleur grise la tirant de surcroît vers l’abstraction.

Natacha Pugnet

Vues d’atelier pendant la résidence à la poudrerie royale de Saint Chamas (13) organisée par Voyons Voir | art contemporain